Mon parrain

Pour beaucoup d’entre nous, le baptême n’est qu’une étape par laquelle on passe pour que notre enfant puisse débuter sa vie de chrétien. Et l’on choisi deux personnes afin qu’elles nous aident à guider notre enfant dans sa foi.

Il faut savoir qu’auparavant, un parrain et une marraine étaient déclarés à la Mairie, ce qui les désignaient comme tuteurs légaux du dit enfant au cas où ses parents venaient à décéder.

Dieu m’est témoin de tout l’amour que je porte à mes parents, et il sait à quel point je les remercie d’avoir choisi Bernard comme parrain. Je viens malheureusement de lui faire mes adieux après de longs mois de détresse. J’ai perdu une des personnes les plus importantes de ma vie, j’ai perdu un parent…

Il n’a jamais essayer de remplacer qui que ce soit, et ce n’était pas son rôle mais je le considère comme « mon papa de cœur ». Il était: Le meilleur ami de mon père et le grand frère que ma mère n’a jamais eu! Il était là lorsque mes parents se sont rencontrés et, ils ont une la riche idée de faire de lui mon parrain.

Durant mes plus jeunes années, il n’a  été qu’un simple souvenir, une ombre dont on me parlait de temps en temps. Dans mon esprit il était grand, barbu avec des lunettes et un grand sourire!

Vers mes 12 ans, nous nous sommes rapprochés de chez lui et là on a appris à se connaître. Il m’écrivait des quatre coins du monde lorsqu’il était dans la Marine. L’idée c’était surtout de m’envoyer des cartes postales avec des mannequins (hommes bien sûr) du Monde entier! C’est lui qui m’a offert mon premier string et soutif pour le noël de mes 13 ans. Le piège c’était que tous avant moi avaient reçu du linge qu’ils ont essayé donc arrivé à mon tour, vous imaginez quelle fût la demande générale!!! Il riait tout le temps, et de tout… Il respirait le bonheur et savait comment le communiquer!

A mon adolescence, il a été d’un grand soutien. Toujours de bon conseil (en ce qui me concerne) car il avait tellement barouder que j’avais l’impression qu’il connaissait tout. Je lui parlais de tout… ce que je ne disais pas à mes parents. Mais le Monsieur sourire savait me faire des reproches , en riant toujours, mais cela avait de l’importance pour moi. Mon côté rebelle face à mes parents devenait inexistant devant lui, allez savoir pourquoi? Le respect, peut-être, non pas que j’en manquais envers mes parents mais on sait tous ce qu’est la « crise d’adolescence »!

En devenant adulte, il m’a soutenu lors des moments difficiles, surtout lorsque mes parents se sont retrouvés au loin. Il m’a écouté, guidé, conseillé, laissé pleurer sur son épaule… Mais il m’a aussi fait rire aux éclats, pleuré de joie, nourri à presque exploser…

Car mon parrain s’était un homme qui respirait la vie. Il se moquait de tout pour te faire comprendre que rien n’a d’importance à par l’amour que l’on se porte les uns aux autres… Il aimait faire la cuisine car il disait: « tous les conflits peuvent être réglés autour d’une belle table garnie »… Il aimait chanter car c’est une des plus belles façons de communiquer, même si son répertoire était chargé de chansons paillardes… Il aimait la Polynésie car ceux qui le connaissaient bien le savent: il y a laissé son Cœur! Il aimait sa famille plus que tout… Sa maison était « la maison du bonheur »: quelques amis, un peu de musique, une bière et des rires à en pleurer!

Et je sais qu’il m’aimait car il me l’a dit plus d’une fois… même sans dire un seul mot… en me laissant plonger dans ses yeux, dans ce regard plein d’émotion qui me manque tellement aujourd’hui… et il savait que je l’aimais et ce qu’il représentait pour moi!

Aujourd’hui, mes 5 enfants ont chacun un parrain et une marraine. Bien sûr, plus de déclaration à la mairie mais pour moi leur rôle est toujours aussi important. Je voudrais qu’ils sachent que si je les ai choisi pour faire partie de la vie d’un de mes enfants c’est pour qu’ils soient leur guide s’il empreinte un mauvais chemin, une épaule en cas de soucis, une bouffée d’air frais s’il étouffe, un sourire si la tristesse perdure mais aussi pour qu’ils partagent les bons moments avec lui et les lui rappellent si besoin!

J’espère que mes enfants partageront autant de joies, de pleurs mais surtout autant d’amour que j’ai pu en vivre aux côtés de mon parrain.

Repose en paix mon Nanard, je t’aime

_20160709_140324

 

 

 

Laisser un commentaire