quel genre d’amie?

bonjour tout le monde,

ça fait un petit moment que je ne me suis pas exprimée sur la toile… Le fait est que je suis dans une période très agréable donc comme la plupart des gens, je n’ai pas à me plaindre. Et je n’éprouve pas le besoin de m’interroger sur le clavier.

Mais il est temps de se réveiller…

Depuis hier soir, je me demande quelle sorte d’amie je suis? Je sais quelle genre de personne je voudrais être et comment je voudrais que mes amies me perçoivent. Mais je me demande aujourd’hui comment ces amies me voient.
J’ai quelques amis, et surtout une qui m’est très chère! Pour moi, la relation que nous entretenons est la définition même de l’Amitié (avec un grand A s’il vous plaît!).

On se connaît depuis plus de 20 ans, et nous avons le même age. Sans pour autant se voir très souvent, nous nous sommes toujours très bien entendues, et surtout nous sommes toujours très heureuses de nous retrouver comme si on s’était vu la veille.  On a jamais eu besoin de s’appeler souvent, de se visiter toutes les semaines, de s’envoyer des sms, ou épier sur FB ce que fait l’autre… pour savoir que l’on est amie. Il n’y a pas d’obligation juste la satisfaction de profiter du moment présent lorsque l’on est ensemble. Notre amitié n’a pas de délai de péremption donc même si je ne donne pas de nouvelles durant très longtemps, je l’appelle sans aucune crainte. Si j’ai besoin d’elle pour parler, me confier, pleurer ou encore rire, danser, m’amuser, je sais que je peux compter sur elle jour et nuit!!! Pas d’heure de bureau! Bref, notre amitié consiste à aimer les moments que l’on partage et à être présente si besoin.

Ma meilleure amie représente cela. Elle fait partie de ma vie comme ma famille! Et, elle m’apporte toutes ces petites choses que je vous ais cité plus haut. Mais depuis hier, je me demande quel genre d’amie je suis pour elle?

Depuis quelques temps, mon état de santé s’étant amélioré, la joie envahit ma vie. Je veux la montrer à tous, et surtout je veux préserver cet état d’esprit car je me sens revivre. C’est un sentiment si enivrant, que j’oublie presque que je suis toujours malade… Mais, tant pis, je suis dans une phase de délivrance psychologique: je me sens bien!

Et, mon amie a fêté cela avec moi, elle a dansé, chanté et sourit pour moi. Je dois avouer que j’ai eu peur de lui annoncer que j’allais mieux car elle aussi est dans la maladie. Mais elle s’est réjouie pour moi alors j’ai osé m’épanouir dans cet état euphorique…

Depuis hier, je pleure car derrière son sourire se cachait un secret. La maladie a reprit le dessus et elle ne m’a rien dit… Je ne suis pas en colère contre elle mais contre moi-même. Si j’étais une aussi bonne amie qu’elle l’est pour moi, elle serait venue me parler de ses craintes, de ses doutes et de tout ce qui la  travaille. Je pleure car je ne suis pas présente pour mon amie alors qu’elle en a sûrement besoin. Je pleure car ma joie l’a peut-être empêché de venir pleurer sur mon épaule. Je pleure car je ne sais pas comment rattraper ce manque…

Je pleure car je l’aime et je ne veux pas la laisser traverser les moments difficiles sans qu’elle sache qu’elle peut compter sur moi. Que je suis là pour l’écouter (sans dire un mot, sans la juger), pour la soutenir, pour la conseiller (si elle le veut), pour l’aider et surtout pour lui rappeler qu’ elle est une belle personne et à quel point elle est importante pour moi mais aussi pour tous ceux qui l’entourent.

Je ne veux plus pleurer, je veux lui sourire et lui dire que je la soutiens dans son combat.

Là, à cet instant, elle me manque. Je ne sais pas quel genre d’amie je suis pour elle mais je sais ce que je veux être… Comme elle!

Laisser un commentaire